Le féminisme en Afrique

Publié par Vie Africaine le

Le féminisme en Afrique

Les militantes africaines remodèlent non seulement les agendas féministes africains, mais aussi les agendas mondiaux.

L'auteure nigériane Chimamanda Ngozi Adichie est l'une des nombreuses féministes qui façonnent aujourd'hui les discours mondiaux. 

L'un des grands sophismes que l'on entend encore aujourd'hui est que le féminisme est né dans le Nord et a trouvé son chemin vers le Sud. Une autre idée fausse est que la compréhension universelle des droits de la femme, telle qu'incarnée dans les traités et conventions de l'ONU, a été formulée par des activistes du Nord.

Femmes africaines de pouvoirs

Le clivage avec le monde occidentale

La Journée internationale de la femme est toutefois l'occasion de mettre en lumière la réalité : non seulement les féminismes du Sud ont leurs propres trajectoires, inspirations et revendications, mais ils ont contribué de manière significative aux conceptions mondiales actuelles des droits des femmes. Cela n'est nulle part plus clair qu'en Afrique, où les femmes exercent de plus en plus de leadership, de la politique aux affaires, et ont contribué à façonner les normes mondiales relatives aux droits des femmes dans de multiples domaines.

Depuis des décennies, les militantes africaines rejettent l'idée selon laquelle on peut subsumer tous les programmes féministes sous un programme occidental. Dès la conférence internationale de 1976 sur les femmes et le développement au Wellesley College, la romancière égyptienne Nawal El-Saadawi et la sociologue marocaine Fatema Mernissi ont contesté les efforts des féministes occidentales pour définir le féminisme mondial. Lors de la rédaction de la Convention sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) de 1979, la Conférence des femmes africaines était l'une des six organisations et le seul organisme régional impliqué.

Les femmes africaines ont également influencé les politiques nationales en matière de genre depuis plus d'un demi-siècle. En 1960, par exemple, Jacqueline Ki-zerbo, du Mail, avait déjà développé l'idée de considérer les impacts des politiques sur le genre. Ce n'est que plusieurs décennies plus tard que cette idée - aujourd'hui communément appelée "intégration de la dimension de genre" - s'est imposée au niveau international, notamment dans les processus budgétaires nationaux.

turban africain

 

L'organisation des militantes féministes africaines

Lors des grandes conférences des Nations unies, les militantes africaines ont été visibles dès le début. L'Égyptienne Aida Gindy a organisé la première réunion internationale sur les femmes dans le développement économique en 1972.

 

Le groupe des femmes du Kenya a contribué à l'organisation de la conférence des Nations unies sur les femmes de 1985, au cours de laquelle les femmes africaines ont mis en avant les questions d'apartheid et de libération nationale. L'Égyptienne Aziza Husayn a participé à l'organisation de la Conférence internationale du Caire de 1994 sur la population et le développement, qui a fait passer le débat sur le contrôle de la population d'une planification familiale traditionnelle axée sur les quotas et les objectifs à un débat axé sur les droits et la santé des femmes.


En outre, la Sierra-Léonaise Filomena Steady a été l'une des principales organisatrice du Sommet de la Terre en 1992. La Tanzanienne Gertrude Mongella a été secrétaire générale de la Conférence des Nations unies de Pékin en 1995. Et les artisanes africaines de la paix ont joué un rôle crucial lors de la conférence de Windhoek en 2000, qui a ouvert la voie à une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies encourageant l'inclusion des femmes dans les négociations de paix et les missions de maintien de la paix dans le monde entier.

 

L'impact mondiale des militantes africaines

Les femmes d'Afrique ont également établi de nouvelles normes pour le leadership politique des femmes dans le monde. Des personnalités comme Jeanne Martin Cissé (Guinée), Angie Brooks (Liberia), Anna Tibaijuka et Asha-Rose Migiro (Tanzanie) ont toutes occupé des postes à responsabilité aux Nations unies. Entre-temps, au niveau national, de nombreux pays africains ont réalisé des progrès importants en matière de représentation des femmes.

Les Rwandaises occupent aujourd'hui 62 % des sièges législatifs du pays, soit le taux le plus élevé au monde. Au Sénégal, en Afrique du Sud, en Namibie et au Mozambique, plus de 40 % des sièges parlementaires sont occupés par des femmes. Un cinquième des parlements africains comptent des présidentes de chambre, ce qui est supérieur à la moyenne mondiale de 14 %. Les femmes occupent des postes dans des ministères clés dans toute l'Afrique. Et les femmes sont de plus en plus nombreuses à se présenter à des postes exécutifs, le Liberia, la République centrafricaine, le Malawi et l'île Maurice ayant tous eu des femmes à la tête de leur pays. En outre, ces augmentations de la représentation féminine ont lieu sur tout le continent, y compris dans des pays à prédominance musulmane comme le Sénégal, où les femmes occupent 43 % des sièges législatifs.

Ces nouvelles tendances se retrouvent également au niveau régional, puisque les femmes occupent 50 % des postes à la Commission de l'Union africaine, contre un tiers seulement à la Commission européenne. La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma a quant à elle présidé la Commission de l'UA de 2012 à 2017.


La forte présence des femmes dans les parlements africains a donné lieu à de nouvelles discussions sur les stratégies visant à renforcer la représentation politique des femmes dans le monde. Des universitaires scandinaves tels que Drude Dahlerup et Lenita Freidenvall vont jusqu'à affirmer que le modèle progressif qui a conduit à des taux élevés de représentation féminine dans les pays nordiques dans les années 1970 a été remplacé par le modèle africain "accéléré", dans lequel les quotas électoraux entraînent des bonds spectaculaires dans la représentation.

robes africaines

Façonner le monde pour plus d'égalité

Les femmes africaines ont également fait œuvre de pionnières dans le monde des affaires. Les jeunes femmes qui aspirent à devenir chefs d'entreprise ont aujourd'hui plusieurs modèles à suivre, comme la Ghanéenne Esther Ocloo, qui a eu l'idée de formaliser les associations locales de crédit pour les femmes et est devenue membre fondateur de l'une des premières banques de microcrédit, Women's Worlds Banking, en 1979.

Selon le Global Entrepreneurship Monitor, les pays africains comptent un nombre presque égal d'hommes et de femmes qui participent activement à la création d'entreprises ou qui sont en phase de démarrage d'une nouvelle entreprise. Et dans des pays comme le Ghana, le Nigeria et la Zambie, les femmes seraient plus susceptibles d'être entrepreneurs que les hommes.

Ces changements sont évidents non seulement à la base, mais aussi, dans une certaine mesure, aux plus hauts niveaux. La représentation des femmes dans les conseils d'administration est très faible dans le monde entier, mais le taux de 14,4 % de l'Afrique n'est que légèrement inférieur à celui de l'Europe (18 %) et des États-Unis (17 %), et devance l'Asie, l'Amérique latine et le Moyen-Orient.
8 jeunes stylistes africains

 

Une nouvelle génération de féministes africaines

Enfin, une jeune génération de militants émerge aujourd'hui dans toute l'Afrique et redéfinit le féminisme dans une perspective africaine. On le voit non seulement dans le travail du Forum féministe africain, qui s'est réuni pour la première fois en 2006, mais aussi dans le travail de personnalités telles que la romancière Chimamanda Ngozi Adichie, qui a lancé un appel aux femmes dans sa vidéo We Should All be Feminist, adaptée de son Ted Talk de 2013, dans laquelle elle explore ce que signifie être une féministe africaine.

Son essai du même titre se trouve sur les étagères des grandes villes du monde entier, et le Lobby suédois des femmes l'a offert à tous les jeunes de 16 ans en Suède pour les aider à réfléchir à l'égalité des sexes.

Le discours féministe est quant à lui devenu courant sur tout le continent, sur les sites web, les blogs, les journaux et les médias sociaux. De nouveaux romans féministes comme Dust d'Yvonne Adhiambo Owuor (Kenya), Kintu de Jennifer Nansubuga Makumbi (Ouganda) et Americanah d'Adichie (Nigeria) ont offert de nouvelles façons d'imaginer les femmes.

Conclusion :

Il est clair que les féministes africaines ont encore d'énormes obstacles à surmonter dans leur lutte pour l'égalité des sexes. Mais comme elles l'ont fait au cours du dernier demi-siècle, les militantes africaines d'aujourd'hui remodèlent non seulement les programmes féministes africains pour relever ces défis, mais aussi les programmes mondiaux.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.